Maladie parodontale


Avec les caries, les maladies parodontales sont les infections dentaires les plus courantes de la cavité buccale. Qu’elles s’accompagnent ou non de douleur à la racine, ces maladies peuvent avoir de graves conséquences. C’est pourquoi nous vous proposons ce guide, lequel vous aidera à comprendre ce que sont la parodontite et la gingivite, principales formes de maladies parodontales.

exemple d'une parodontite

Définition

Qu’est-ce qu’une maladie parodontale ?

Sous ce terme sont regroupées toutes les maladies qui touchent le parodonte, c’est-à-dire les tissus de soutien des dents. Le parodonte est composé de la gencive, de l’os alvéolaire, du ligament alvéo-dentaire et du cément. Quand seule la gencive est atteinte, on parle de gingivite. Quand l’ensemble des tissus, dont l’os, est atteint, on parle de parodontite.

Ces maladies d’origine infectieuse sont fréquentes. Si elles ne sont pas traitées à temps, elles peuvent être lourdes de conséquences. La destruction osseuse qui découle de la parodontite peut en effet conduire à la perte de la dent, voire de plusieurs dents.

une gencive dont les tissus parodontaux sont infectés

Formation et symptômes

Formation d’un abcès dentaire parodontal et autres symptômes

L’infection des tissus parodontaux se traduit souvent par l’apparition d’un abcès. Celui-ci résulte en effet de l’inflammation chronique d’une poche parodontale, cet espace qui se crée entre la dent et la gencive et dans lequel prolifèrent les bactéries. Les abcès parodontaux accompagnent ainsi souvent les gingivites avancées et les parodontites.

D’autres symptômes doivent vous alerter :

  • La présence de poches parodontales : la gencive se décolle progressivement de la dent, ce qui forme un espace entre la dent et la gencive. Il est plus ou moins profond selon que l’os est déjà attaqué ou non. Dans cette poche se développent facilement les bactéries.
  • La récession gingivale : quand elles sont touchées, les gencives se rétractent naturellement. Les dents paraissent alors plus longues et des triangles noirs peuvent se former entre les dents. Cela peut aller jusqu’au déchaussement dentaire. Une mobilité dentaire est également un signe de cette récession.
  • Des douleurs au niveau des gencives, avec gonflements et rougeurs
  • Des saignements au niveau des gencives, au toucher ou spontanés
  • La présence de pus et d’un abcès. Souvent, on constate une mauvaise haleine persistante et un goût désagréable dans la bouche.

L’abcès s’accompagne aussi souvent de fièvre. Le sommeil peut être troublé et une fatigue intense se fait sentir.

Prenez rendez-vous
pour un bilan esthétique de votre sourire

Appelez nous
une mauvaise hygiène bucco-dentaire est souvent responsable de parondontite

Les causes

Les causes des maladies parodontales

La plaque dentaire est la principale responsable de la maladie parodontale, quelle qu’elle soit. La plaque dentaire se forme quotidiennement à la surface des dents et, si elle n’est pas éliminée par un brossage efficace, elle se calcifie et s’immisce progressivement entre la gencive et la dent. Le tartre et les bactéries qui se sont ainsi développés provoquent alors une inflammation de la gencive, que l’on appelle gingivite. Si celle-ci n’est pas traitée, l’inflammation se propage jusqu’à toucher les tissus de soutien de la dent et détruire l’os. Il s’agit alors d’une parodontite.

L’accumulation de plaque dentaire est généralement la conséquence immédiate d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Pour autant, certaines maladies, un système immunitaire déficient ou un affaiblissement général favorisent aussi cette accumulation de plaque dentaire, responsable des maladies parodontales.

le tabac est un facteur de risque aggravant pour les parodontites

les risques

Les facteurs de risque

Il existe certains facteurs prédisposants aux maladies parodontales :

  • Certains facteurs génétiques
  • Le tabac, les drogues, l’alcool…
  • Avoir une carie à une dent
  • Le stress
  • La malnutrition
  • Certaines maladies systémiques comme le diabète
  • Certains médicaments comme les AINS ou les immunodépresseurs
  • Les changements hormonaux chez la femme : ménopause, grossesse…
  • Des restaurations dentaires inadaptées
  • Le bruxisme
  • Certaines habitudes dites « parafonctions » comme mordiller un crayon, se ronger les ongles…
listing des différentes formes de maladies parodontales

Les formes

Les formes de maladies parodontales

On classe les maladies parodontales en fonction de leur degré d’avancement et, par conséquent, de leur gravité :

  • Chronique : c’est la forme la plus courante. On constate la formation de poches gingivales et une rétractation de la gencive.
  • Agressive : cette forme est dite agressive, car elle progresse rapidement et détruit tout aussi vite le soutien osseux.
  • La gingivite ulcéro-nécrotique (GUN) : cette forme particulière de gingivite est souvent déclenchée par une immunodépression due à une autre maladie ou à un stress important. Les tissus parodontaux sont inflammés et sont détruits par nécrose. Il n’y pas de formation de poches. Les gencives souffrent d’ulcérations douloureuses accompagnées de saignements.
  • La parodontite ulcéro-nécrotique (PUN) : cette évolution de la GUN est assez rare. Elle se caractérise par des nécroses osseuses et une inflammation fulgurante et nécrotique de la gencive.
une gencive atteinte de parodontite en cours de traitement

les traitements

Traitement des maladies parodontales et chirurgie

Le traitement de la maladie parodontale dépend avant tout de l’avancée de l’inflammation. Dans l’absolu, le dentiste cherche d’abord à stopper la progression de la maladie. Pour cela, il procède à un diagnostic pour savoir quel type de bactéries est à l’origine de la maladie, ainsi qu’à un test génétique pour déterminer votre résistance et votre risque de contracter la maladie.

Un traitement de désinfection permet d’abord d’assainir la bouche. Suit un détartrage, associé à un surfaçage radiculaire pour nettoyer les poches. Ces traitements non-invasifs suffisent la plupart du temps à soigner la maladie parodontale. Des antibiotiques peuvent encore être prescrits.

Si la maladie est trop avancée, il sera nécessaire de faire appel à un traitement chirurgical. Trois techniques sont utilisées par votre chirurgien-dentiste :

  • Le lambeau d’assainissement : quand les poches parodontales sont très profondes, le dentiste réalise un lambeau afin d’avoir accès à la racine de la dent. Il pourra ainsi nettoyer la poche en la débarrassant du tartre et de la plaque dentaire qui s’y sont accumulés. L’environnement osseux de la dent est amélioré, ce qui va permettre à la gencive de venir se recoller à la dent.
  • Le comblement osseux : quand l’os est atteint, il est possible de le reconstituer grâce à des matériaux synthétiques.
  • La régénération tissulaire guidée : grâce à une membrane installée à l’intérieur du parodonte, un espace est créé pour favoriser la régénération naturelle des tissus.
une personne se brossant les dents régulierment à moins de chance de contrater une maladie parodontale

Prévention

Comment prévenir une maladie parodontale ?

La plaque dentaire étant la principale responsable des gingivites et parodontites, la prévention de ces maladies consiste à l’éliminer. Pour cela, il est indispensable d’adopter une excellente hygiène bucco-dentaire et de suivre certaines habitudes de vie :

  • Se brosser les dents au moins deux fois par jour
  • Réaliser un brossage de dents efficace pendant au moins 2 minutes
  • Utiliser fil dentaire, soies dentaires, bain de bouche, brossettes…
  • Rendre visite à son dentiste au moins une fois par an pour un détartrage et un examen de l’état global des dents et des gencives
  • Prendre soin de ses gencives
  • Surveiller son alimentation : limiter les aliments sucrés, les sodas, l’alcool…
  • Stopper le tabac
une dentition abimée suite à une maladie parodontale

les complications et différences

Quelles sont les complications d’une maladie parodontale ?

Une maladie parodontale qui n’aurait pas été traitée peut avoir de lourdes conséquences. En effet, même si la progression de la maladie est relativement lente, à terme, une parodontite mène à la destruction de l’os et des tissus qui soutiennent la dent. Résultat : la perte d’une ou plusieurs dents. Pour restaurer le sourire, il faudra alors pratiquer des soins conséquents : greffe osseuse, pose d’implants dentaires et de prothèses, greffe gingivale…

Quelle est la différence entre une gingivite et une parodontose ?

Il s’agit pour l’essentiel de deux stades différents de la maladie parodontale :

  • Dans le cas d’une gingivite, seule la gencive est touchée. C’est une affection fréquente chez l’adulte due à l’accumulation de plaque dentaire. Les gencives sont rouges, sensibles, parfois gonflées et saignent. Si elle est prise à temps, la gingivite ne cause pas de dommages irréversibles.
  • La parodontose, ou parodontite, concerne quant à elle le parodonte, soit l’ensemble des tissus qui soutiennent la dent. Elle affecte donc non seulement la gencive, mais aussi l’os et la structure de la dent. Quand elle est avancée, la parodontite peut causer des dégâts irréversibles, comme la perte de dents.
Copyright Docteur Ari elhyani 2017 - Tous droits réservés -
Réalisation Studio Clic Clic Bang Bang