Implant dentaire

Implant dentaire – Définition et historique

Définition

Les dents forment un bloc, un tout pour soutenir notre mâchoire afin d'assurer son bon fonctionnement ainsi que l' esthétique du visage. L'absence même d'une seule dent, peut affecter cette fonctionnalité et cette esthétique et également la santé d'une de ses voisines. À chaque fois donc qu'une dent est extraite, il faut la remplacer le plus vite possible, pour éviter l'impact de cette absence sur les autres dents, sur l'os de la mâchoire, ainsi que sur l'esthétique du visage. Une de ces solutions est« l' implant dentaire ».

Une dent naturelle se divise en deux parties : la partie blanche que l'on voit en surface est la couronne et la partie qui se trouve à l'intérieur et qui fixe la couronne sur la mâchoire, est la racine. Un implant dentaire est une racine artificielle que l'on fixe sur la mâchoire pour remplacer une dent manquante, suite à un problème quelconque (maladie, accident, agénésie…). Cette racine artificielle est une sorte de petite vis en titane ou en zicorne, cylindrique ou cylindroconique, de différentes formes, de 10 à 15 mm de long, 3 à 5mm de large et de 2.5 à 6mm de diamètre. Très résistante, elle supporte les forces de mastication entre 10 à 35 kg par centimètre carré. Le titane et le zicorne adhèrent facilement aux os de la mâchoire, ils sont biocompatibles. En effet, une fois la vis implantée, l'os maxillaire (la mâchoire) se développe autour de l'implant, ce qui garantit sa consolidation. Ce phénomène est appelé l'ostéointégration. Par la suite, cette racine peut recevoir une nouvelle couronne céramique, ou d'autres prothèses dentaires, fixes ou amovibles.

L'implantation doit s'effectuer le plus tôt possible après l'extraction des dents, environ 5 à 8 semaines. Pour ceux qui ont perdu toutes leurs dents, une dentition complète peut être posée sur 4 ou 8 implants. La pose, ainsi que le retrait d'un implant, est un acte chirurgical. C'est une opération très délicate, qui, par conséquent, ne peut être effectuée que par un spécialiste en implantologie (branche de la chirurgie dentaire) : un chirurgien-dentiste.

Historique

L'implant dentaire ne date pas d'hier. Les hommes de la Préhistoire ont déjà eu recours à l'implant pour remplace leurs dents manquantes. 600 ans avant Jésus Christ, la pose d'implants ostéo-intégrés a été pratiquée par la civilisation Maya.

Différentes matières ont été expérimentées par de nombreux scientifiques et chercheurs : plaque en or par PETRONIUS, en 1565, racine en or avec une dent en ivoire par MAGGIOLO, en 1809, racine en plomb par HARRIS, en 1887 (travaux poursuivis par DERRY en 1889), dents en porcelaine fixe avec de la gutta par GRAMIN, en 1891, en caoutchouc par BRILL, en 1926, bloc de platine recouvert de porcelaine, par MULLER, en 1937 et, la même année, SCHNEIDER utilisera une racine en ivoire renforcée par de l'or. En 1942 des racines taillées dans de l'os seront posées dans les cabinets dentaires. La pose d'implants en titane a débuté avec les américains Stevens et Alexander, qui ont déposé un brevet en 1969. Le but des chercheurs a toujours été le même : toujours se rapprocher du naturel, pour reproduire une bouche à l'identique de la bouche initiale.

Ce n'est que dans les années 80, que le professeur suédois, le docteur Bränemark, a mis en place le système de vis en titane fixées dans l'os de la mâchoire. Cette technique, « ostéointégration » ou implantologie moderne, a été rendue possible grâce à la biocompatibilité du titane avec l'os, évitant ainsi, tout risque de rejet ou d'allergie. Grâce à l'évolution de la technologie, dans les années 90, les implants « zicorne » ont fait leur apparition. Actuellement, les matières les plus recommandées par les spécialistes, restent le titane et le zicorne. Par la suite, la recherche pour un bon implant dentaire s'est plutôt focalisée sur la variation des formes des implants et les différentes façons de les poser.

Implant dentaire – Types d'implants

Choix de l'implant dentaire

Le choix d'un implant dentaire dépend surtout du type de mâchoire, de sa taille, son épaisseur et de la place laissée par la ou les dent(s) manquante(s). Les spécialistes ont donc établi un calibrage minimum et maximum pour permettre la réalisation d'une implantologie. Cependant, parfois, il est indispensable d'adapter la mâchoire à la taille ou au volume nécessaire à l'implant, et ce, grâce à d'autres opérations telles que la greffe osseuse ou le comblement osseux.

Les quatre types d'édentation (absence partielle ou totale de la dentition) se définissent par rapport à la place de la ou les dent(s) manquantes. Elle est dite unitaire lorsqu'il ne manque qu'une seule dent sur le maxillaire. Elle est intercalaire lorsque la dent qui manque était placée entre deux dents. Une édentation est dite postérieure lorsque l'arrière de la mâchoire inférieure ou supérieure ne comporte plus de dents. Et comme son nom l'indique la totale signifie que toutes les dents sont absentes.

Pour pallier à cette problématique, deux solutions peuvent être proposées : les prothèses mobiles (dentiers) ou fixes (bridges) ou bien l'implant dentaire. L'implant se révèle être la solution la plus rapide et la plus efficace. Deux sortes d'implants sont utilisées. Les implants juxta osseux sont fixés à l'intérieur de l'os de la mâchoire. Quant aux implants endo-osseux, ils sont fixés sur l'os de la mâchoire et également enfouis sous la gencive.

Les différentes sortes d'implants

La plupart des implants dentaires utilisés ont la forme de « vis » cylindriques et/ ou cylindro-coniques. Leur diamètre est compris entre 2,5 et 6 mm et leur longueur variable. Une instrumentation bien calibrée facilite la pose de ces implants.

L'implant en forme de lame est un implant dentaire très fin, ce qui facilite son insertion dans une crête peu épaisse. La pose est compliquée et nécessite un appareil spécial. Ce type d'implant est de moins en moins utilisé.

L'implant dentaire tridimensionnel en forme de « T » et est inséré par le côté, dans l'axe de la mâchoire. Cet implant est plus difficile à poser, mais donne de bons résultats. Il est recommandé pour les mâchoires à faible volume osseux.

L'implant dentaire juxta osseux est très rarement utilisé. Il s'agit d'une sorte de grille qui couvre l'os. Quand le volume osseux est trop restreint, il sert d'appui complémentaire.

Un implant dentaire sous périosté est recommandé lorsque le patient est totalement ou partiellement édenté. La pose de cet implant nécessite, cependant, une chirurgie lourde qui présente des risques.

Quant au diskimplant, son insertion latérale permet d'éviter tout risque d'atteinte du nerf dentaire. Cet implant est composé d'un ou de plusieurs disques. Il est nécessaire d'ouvrir la gencive pour poser ce type d'implant.

L'implant aiguille a été, quant à lui, abandonné en 1985, car jugé dépassé.

L'implant zircone a l'avantage d'être blanc et donc de ressembler à la couleur d'une vraie dent. La zircone évite de voir apparaître un liseré gris en cas de retrait de la gencive. Il est généralement utilisé pour les dents de devant, afin d'assurer une esthétique parfaite. Il s'intègre parfaitement dans la mâchoire et la gencive, cependant de par sa fragilité, il est difficile à poser et son prix reste élevé.

Implant dentaire – Les étapes de l'implantation

Concernant la pose d'un implant dentaire, l'intervention chirurgicale dure .de 30 minutes à 2 heures Dans la majorité des cas, cette opération, effectuée par un chirurgien-dentiste, se déroule en ambulatoire, sous anesthésie locale, Elle peut également être réalisée sous sédation consciente, plus anesthésie locale, ou exceptionnellement à l'hôpital, sous anesthésie générale. Cette implantation n'est accompagnée d'aucune douleur. Eventuellement, des médicaments antidouleur peuvent être administrés au patient, si nécessaire. L'implantation dentaire se déroule en trois phases : la phase pré opératoire, l'implantation proprement dite et la phase post-opératoire.

La phase pré opératoire

Avant l'intervention chirurgicale de pose d'un implant dentaire, le spécialiste qui va effectuer l'opération, doit regrouper toutes les informations concernant l'état de santé général du patient : l'état de sa dentition, de sa cavité buccale, sa pression sanguine, ses antécédents de santé (opérations, hypertension, diabète…). Différents examens seront effectués : radiographie panoramique, scanner dentaire (scanner de type Cône Beam), et test sanguin. L'examen radiographique revêt une importance toute particulière, car elle renseigne le dentiste sur la quantité et qualité osseuse, la position du sinus maxillaire, les nerfs du patient et autres caractéristiques.

La deuxième partie de l'examen pré implantatoire consiste en une discussion entre le praticien et le patient, pour élaborer le plan de traitement. L'organisation du déroulement de l'implantation, le choix et le nombre d'implants dentaires, le choix de la méthode, ainsi que le devis, sont portés à la connaissance du patient, qui doit donner son accord et signer.

Quelques difficultés peuvent se présenter : dent(s) à extraire avant l'implantation, zone à implanter infectée, volume osseux insuffisant, d'où la nécessité d'une greffe… L'état du patient peut être un handicap et peut parfois amener le chirurgien-dentiste à renoncer à l'implantation : diabète, défauts osseux, grincement des dents, hygiène buccale déficiente, certaines maladies psychiques…

La pose de l'implant

L'intervention se déroule en trois étapes. L'implantologue incise la gencive et procède à l'aide d'une commande vidéo, au forage d'un trou dans la gencive, puis dans l'os maxillaire. Ensuite, il met en place un implant dentaire en titane ou zircone, en le vissant, afin de bien le stabiliser. La gencive est refermée et l'os va se reformer autour de l'implant ( ostéointégration ). Cette période de cicatrisation osseuse (ossification), encore appelée « mise en nourrice », dure de 6 semaines à 6 mois. L'implant est enfoui au ras de la gencive ou sous la gencive. Une vis de protection est mise en place en cas de non enfouissement. Ensuite, un pilier en titane, destiné à relier l'implant à la prothèse provisoire, va être placé par l'implantologue. Une dernière étape consiste en la prise d'empreintes, pour la réalisation de la prothèse définitive en céramique, qui sera posée 3 à 6 mois après.

Dans certains cas, il est possible d'utiliser une vis auto forante. Cette vis permet la réalisation d'une loge bien calibrée, et bien adaptée, permettant un contact parfait entre l'os et l'implant. Il faut savoir que cette intervention peut se faire avec ouverture de la gencive, ou bien sans (moins de 10% des cas). Cette technique de pose est donc simplifiée, et le coût de cette intervention diminué.

En cas de douleurs post-opératoires, celles-ci pourront être soulagées par la prise d'analgésiques ou plus rarement d'antibiotiques.

De nouvelles méthodes peuvent être appliquées, et facilitées, notamment grâce au laser. Le « Flapless » est une méthode qui consiste à poser les implants sans ouvrir la gencive. Certaines conditions, entre autre un minimum de largeur et de hauteur de l'os maxillaire sont nécessaires.

La phase post-opératoire

Il est très important de bien respecter les consignes post-opératoires, après la pose d'un implant dentaire. Ces consignes écrites, garantes de la bonne réussite de l'intervention vous seront remises avant votre départ. Un traitement médicamenteux vous sera également prescrit en cas de douleurs. Un gonflement et/ou un hématome peuvent apparaître, mais ils disparaîtront rapidement. Un contrôle des implants sera effectué après le retrait des fils (10 jours après l'intervention) puis 2 fois par an, par le chirurgien-dentiste.

Pour éviter tout risque post-opératoire, de nombreuses règles sont à respecter :

  • Protéger la partie opérée et ne pas dormir du côté de l'intervention ;
  • Eviter la chaleur, donc manger tiède ou froid (glace) ;
  • En cas de saignements, appliquer une compresse, et alerter le chirurgien-dentiste ;
  • Ne pas faire de sport pendant quelques jours ;
  • Ne pas fumer (le tabac retarde la cicatrisation) ;
  • Utiliser pour le brossage des dents, une brosse à dents spéciale, avec des poils très doux pour éviter tout saignement, inflammation…

Après le retrait des fils, 10 jours après l'implantation, vous pourrez à nouveau vous brosser les dents normalement, en utilisant une brosse extra souple, du fil dentaire et une brossette.

Implant dentaire – Avantages et inconvénients

Avantages

La perte d'une ou plusieurs dents, suite à des caries, des accidents, des maladies parodontales… est très courante, et augmente avec l'âge, elle rend la pose d'un implant dentaire indispensable. Désormais, avec l'implantologie, méthode de la médecine dentaire moderne, il est possible de retrouver une dentition normale et de qualité, et de regagner un sentiment de jeunesse et de beauté naturelle. C'est pourquoi cette technique a connu un essor considérable ces dernières années.

Les implants modernes ont une durée de vie élevée de 10 à 20 ans (taux de succès supérieur à 95% au bout de 10 ans), s'ils sont bien posés par le chirurgien-dentiste, et bien entretenus par le patient. Attention cependant pour les fumeurs, car le risque de complications, voire de perte est élevé !

Les avantages des implants dentaires sont multiples : esthétiques et fonctionnels. Ils améliorent l'apparence, notamment l'esthétique du visage en se rapprochant le plus des conditions naturelles, ce qui est primordial de nos jours. Leur confort pour parler, manger, mastiquer, est incomparable avec les dentiers et autres prothèses. D'autre part, ils aident à maintenir l'intégrité de l'os de la mâchoire et des dents saines. Inutile de dévitaliser ou tailler les dents voisines comme pour un bridge. Le patient retrouve ainsi une qualité de vie inégalable.

Inconvénients

Pour un implant dentaire, le principal inconvénient de cette technique est le coût. C'est un investissement important qui n'est pas pris en charge par la Sécurité Sociale. Certains mutuelles accordent une aide, mais partielle. La fourchette des prix varie en fonction du choix du système implantaire, du protocole opératoire, de la notoriété du praticien

Le traitement peut, parfois, être assez long. La chirurgie peut être un peu « lourde ». Il est également impossible certains fois, de poser des implants et ce, pour des raisons médicales : maladies valvulaires, diabète, insuffisance rénale, certaines allergies, tabagisme…

Implant dentaire – Prix

L'implantologie reste peu connue, peu pratiquée et coûteuse. La Sécurité Sociale ne prend pas en charge ce type de traitement, contrairement aux bridges et autres appareils fixes ou amovibles bien moins confortables. Certaines mutuelles remboursent une partie des frais. Les implantologues proposent à leurs patients un échelonnement du règlement. Avant toute intervention, le praticien établit un devis, devis qui sera signé par le patient.

Evaluer exactement un traitement d'implantologie dentaire est très difficile, les paramètres sont très nombreux : types d'implant, critères esthétiques variables, examens nécessaires, greffe osseuse…

A titre indicatif, le prix d'un implant dentaire varie entre 500 et 1 500 €. Citons la mise en fonction de l'implant de 0 à 150 € (l'un), la couronne céramique de 600 à 1 200 €, la greffe osseuse de 1 500 à 3 000 €, le comblement de sinus de 1 000 à 2 500 €.

Un véritable devis ne peut être établi qu'après un examen buccal approfondi.

Allez chez le dentiste pour une facette dentaire, un blanchiment des dents, un esthétique dentaire, des facettes dentaires, une clinique dentaire, un blanchiment des dents dentiste, un bon dentiste paris, une facette, une clinique dentaire, un blanchiment des dents paris, un blanchiment dentaire, une clinique dentaire paris, des couronnes dentaires, une clinique du sourire, une facette dentaire avant après, des implants dentaires ou un blanchiment de dents, c'est ici. Si vous cherchez un dentiste blanchiment des dents, un esthetique dentaire, un implant dentaire paris, un cabinet dentaire paris, un chirurgien-dentiste paris, une couronne dentaire céramique, un blanchiment dent dentiste, un bridge dentaire, un blanchiment dents, un blanchiment dents dentiste ou un blanchissement des dents, c'est bien là. Si vous voulez des facettes dentaires, les implants dentaires, un blanchiment dentaire dentiste, un dentiste paris, une clinique implant dentaire, une dent couronne, une dentisterie esthétique, une facette dent, remplacer une dent, un blanchiment dentaire paris ou un blanchiment des dents avant après, voyez le chirurgien-dentiste Ari Elhyani. Les dentistes recherchent la qualité du travail.

Droit d'auteur protégé par les articles L. 111-1 et L. 123-1, du code de la propriété intellectuelle.

Prenez rendez-vous
pour un bilan esthétique de votre sourire

Appelez nous
Copyright DR ari elhyani 2017 - Tous droits réservés -
Réalisation Studio Clic Clic Bang Bang